26
Sun, Jun
8 New Articles

Dernières Infos

Grid List

Le désintéressement des peuples européens est un défi lancé aux dirigeants de ce continent.

 L'armée syrienne, soutenue par les escadrons populaires, a lancé une offensive dans les quartiers Khaldieh et Bani Zaid d'Alep, ayant repris une usine de coton et plusieurs immeubles, écrit l’agence de presse Sputnik, citant des escadrons populaires.

Le gouvernement yéménite a conditionné tout accord de paix au Yémen au retrait des rebelles houthis des territoires qu'ils contrôlent et à la remise des armes qu'ils ont saisies à l'Etat, d’après des sources médiatiques.

Le diplomate belge Didier Seeuws a été nommé par l’Europe à la tête de la «Brexit Task Force», chargée de négocier la procédure de sortie de l’Angleterre de l’Europe, a-t-on appris hier auprès du Conseil européen.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a appelé samedi à Berlin à ce qu’un nouveau Premier ministre britannique soit désigné au plus vite pour remplacer David Cameron après la victoire du Brexit.

Le Parti d'extrême droite slovaque a lancé une pétition exigeant l'organisation d'un référendum sur la sortie du pays de l'Union européenne, annonce l'agence Reuters.

On a longtemps considéré qu’il était inéluctable pour les femmes de prendre du poids à la cinquantaine. Est-ce vraiment une fatalité ? Et comment réagir pour éviter de grossir ?
Les femmes ont naturellement une masse grasse plus importante que les hommes : 18 à 25% de leur poids corporel est constitué de tissu adipeux, contre seulement 10 à 15% chez les hommes. Elles maigrissent moins facilement qu’eux : leurs réserves de graisses, surtout présentes dans la partie basse du corps (sur les cuisses, les hanches, le bassin...), sont moins facilement mobilisables que la graisse de l’homme localisée sur l’abdomen. C’est semble-t-il pour des raisons physiologiques et biologiques que la femme dispose de ces «réserves» élevées.

Modifications hormonales et silhouette
Les femmes prennent en moyenne 7,5 kg entre 20 et 50 ans. Pour certaines, le poids augmente progressivement durant toute la vie. Mais pour beaucoup, cela se fait à l’occasion des grossesses ou de la ménopause, périodes favorables à la prise de poids.
Ainsi, lors de la ménopause, les transformations hormonales favorisent l’augmentation de la masse grasse, tandis que la baisse des œstrogènes va provoquer une diminution des muscles dans la partie inférieure du corps. Le pourcentage des graisses dans l’organisme va encore augmenter, au détriment de la masse maigre. Avec pour première conséquence un changement visible de la silhouette : à la cinquantaine, une femme a tendance à s’épaissir au niveau de la taille.

Moins de sédentarité
Pour ne pas grossir à la cinquantaine, il faudrait donc surveiller davantage son alimentation... ce qui n’est pas toujours facile, surtout pour les femmes soucieuses de leur ligne et qui font déjà attention à ce qu’elles mangent !
Plutôt que de se contraindre à des restrictions alimentaires constantes, il semble préférable de jouer sur les dépenses d’activité physique. C’est en tout cas ce que pensent de plus en plus de spécialistes. Et cela aura pour intérêt supplémentaire de mieux préserver la masse musculaire, et de maintenir une silhouette plus jeune.
Il ne s’agit pas de se lancer dans des activités sportives forcenées, mais d’adapter les activités «au quotidien». On peut par exemple s’efforcer de réduire le temps passé devant la télé, faire ses courses à pied ou en vélo, garer sa voiture dans un parking un peu éloigné pour marcher un peu plus longtemps. A chacune de trouver ses solutions pour «se bouger» davantage, et agréablement !

La viande a souvent été accusée d’augmenter le risque de maladies : des cancers, des maladies cardiovasculaires ou encore la polyarthrite rhumatoïde.

La tension fort remarquée, ces dernières années, au niveau des services de l'état civil de l'APC de Chlef devrait sensiblement diminuer après la mise en service officielle de l'annexe administrative dans la nouvelle ville à haï Bensouna, à la sortie ouest de la ville de Chlef.

Les travaux de réalisation d'un port sec à El Hamoul, localité relevant de la commune de Tafraoui au sud d'Oran, ont été lancés jeudi par le wali, Abdelghani Zaâlane, en présence du président d'APW et des autorités locales.

Les accidents de la circulation sont en baisse d'un taux de 50%, comparativement à la même période de l'an dernier, selon le bilan des services de la protection civile de Sidi Bel Abbés pendant cette première quinzaine du mois sacré. C'est le constat fait par les secouristes de la PC, car ils soulignent  qu'un total de 23 accidents de la circulation a fait un mort et 33 blessés, or que pendant la même période du mois de Ramadhan dernier,  5 morts étaient victimes dans pas moins de 46 accidents de la circulation, et 59 blessés. Les éléments d'intervention estiment que le bilan de cette année est plus ou moins positif, et les campagnes de sensibilisation initiées tout au long de l'année ont tout de même porté leurs fruits puisque le nombre des accidents et des pertes humaines est en baisse, et cela explique aussi que les conducteurs deviennent de plus en plus vigilants pendant ce mois de jeûne et de fatigue surtout.   Ces mêmes services ont relevé  une hausse dans le nombre des interventions effectuées pendant la première quinzaine de ce mois, car pas moins de  541 opérations d'évacuations et de secourisme ont été  accomplies au lieu de 507 en 2015, sachant qu'en termes d'évacuation, 363 évacuations de personnes malades et victimes d’accidents de la circulation, d’incendies et autres incidents vers les urgences ont été opérées cette année. Les secouristes   espèrent enregistrer moins de drames routiers et sans aucune perte humaine pendant ce mois et durant la saison estivale surtout, où les accidents de la circulation connaissent généralement une hausse fulgurante et mortelle en même temps.


S. D.

Plus de 110 739 tonnes de légumes et fruits ont transité en 2015 par le marché de gros d'El Kerma, à l'entrée ouest d'Oran.
Transporteurs, producteurs, fournisseurs, grossistes et détaillants y viennent tous les jours pour assurer l'approvisionnement d'une population oranaise avoisinant les deux millions d'âmes. Il est 4 heures du matin, en ce jour de juin, au marché de gros d'El Kerma. C'est déjà le va-et-vient incessant des véhicules, notamment les poids lourds commerciaux et autres camions légers. Un camion, immatriculé à Blida, arrive. Le conducteur s'acquitte du droit d'entrée fixé à 400 DA puis 300 autres DA pour le stationnement. «C'est pour passer la nuit ici», fait-il remarquer avec sourire. Il compte passer la nuit au marché où la sécurité est assurée H24. Après avoir emprunté quelques allées dans ce brouhaha matinal, le conducteur s'arrête au pavillon G pour décharger sa marchandise face au quai 14. Le chef arrive. Il y a 40 caisses de pêches et des fruits et légumes. Le prix n'est pas encore fixé pour ce fruit de saison mûr mais l'on parle déjà de 160 DA le kilo. La journée avait commencé très tôt pour  ce grossiste. C'est le second camion qu'il réceptionne, explique-t-il. Entre temps, ce sont des tonnes de marchandises qui ont été écoulées. «Ce sont des commandes exprimées la veille», précise-t-il. Les manutentionnaires sont déjà sur place pour déballer la marchandise et la livrer aux camionneurs qui l'attendaient. Les sonneries des téléphones ne cessent de retentir. Les affaires battent leur plein. Au niveau des différents pavillons, c'est le branle-bas de combat. Les véhicules roulent dans tous les sens.
Chacun essaie de se frayer un chemin pour faire une bonne affaire ! Les légumes sont disponibles en abondance. Carottes, oignons, aubergines, courgettes, poivrons, pommes de terre, haricots verts, tout y est.

Partenaire du «R 20»
Les marchandises passent d'un camion à un autre. Une fois chargés, les camions prennent d'autres destinations. Le marché de gros d'El Kerma est desservi par au moins une vingtaine de wilayas dont Oran, Mascara, Saïda, Tiaret, Sidi Bel Abbès, Relizane, Aïn Témouchent, Tlemcen, Blida, Boufarik, Chlef, Aïn Defla, Tipasa, Tizi Ouzou, Médéa, Biskra, El Oued, Ghardaïa, Alger, Boumerdès et Sétif, entre autres. Les heures passent. Les allées des différents pavillons continuent d'accueillir en cette journée quelques visiteurs, des détaillants. C'est la baisse des transactions. Hormis quelques box de grossistes qui restent ouverts, la tension tombe et le silence s'installe subitement.
Le chef de service exploitation, Mohamed Salah Helaïli, présente avec fierté ses chiffres. «Ce sont plus de 1860 véhicules, entre visiteurs, producteurs et fournisseurs, qui sont entrés ce jour au marché pour assurer, pour les besoins locaux, un approvisionnement en fruits et légumes», assure-t-il, ajoutant que cette structure traite quelque 303 tonnes de fruits et légumes par jour. Le marché compte 9 pavillons de 24 box chacun, avec un total de 216 mandataires et 256 travailleurs. «Avec le nouveau  pavillon réservé au commerce des œufs qui sera mis en service prochainement et la mise en œuvre du nouveau plan d'investissement, le marché connaîtra une hausse significative», explique M. Helaili, estimant que le marché de gros d'El Kerma a toutes les chances de devenir un pôle commercial avec son marché à bestiaux géré en concession. «Notre marché a tous les atouts pour renforcer son attractivité, car nous avons l'ambition d'en faire un pôle économique. Toutefois, l'environnement ne suit pas toujours», fait observer le DG de l'établissement, Tahar Belarbi, citant le cas de la Badr, installée au sein du marché depuis trois années, mais qui n'a pas encore démarré ses activités. «Nous sommes forcés d'aller à Es-Sénia pour déposer nos recettes du jour», déplore-t-il. Il est midi, c'est pratiquement la fin de la journée pour les grossistes, les chefs de marché et les manutentionnaires. Seuls quelques camionneurs sont sur les quais. C'est le tour des agents de nettoiement d'entamer leur travail. Ils collectent, entre autres, les déchets verts du marché qu'ils mettent dans des bacs avant d'être dirigés vers le centre d'enfouissement technique de Hassi Bounif pour être valorisés et en faire un compostage. Le marché est partenaire de l'ONG «R20». Outre la propreté des lieux, les responsables du marché relèvent comme autre point fort la sécurité.

Advertisement
Advertisement

Météo

Algiers Algeria Cloudy, 21 °C
Current Conditions
Sunrise: 5:31 am   |   Sunset: 8:11 pm
90%     17.7 km/h     33.965 bar
Forecast
DIM Low: 18 °C High: 28 °C
LUN Low: 20 °C High: 28 °C
MAR Low: 18 °C High: 29 °C
MER Low: 21 °C High: 30 °C
JEU Low: 19 °C High: 28 °C
VEN Low: 18 °C High: 27 °C
SAM Low: 18 °C High: 27 °C
DIM Low: 18 °C High: 28 °C
LUN Low: 19 °C High: 29 °C
MAR Low: 18 °C High: 28 °C