LE JOURNAL arrow LE JOURNAL arrow Culture arrow Ici et là-bas
Version imprimable Suggérer par mail
03-04-2013
Point Net
Ici et  là-bas

Dahmane n’a jamais entendu parler de Jérôme Cahusac. Pourtant, il s’intéresse «un peu» à la politique. Et quand un Algérien, même lambda, s’intéresse un peu à la politique, il connaît quelques-uns de ceux qui la font de l’autre côté de la Méditerranée. On ne va pas encore expliquer pourquoi, les raisons sont toujours évidentes. L’histoire, la géographie, la langue, la culture et surtout… la télé !

On connaît la chanson.  Dahmane adore les infos, ça lui arrive rarement de rater donc le JT de 20 h. Par «acquis de conscience», il lui arrive souvent de tenter la zapette entre France 2 et Canal Algérie, mais il finit toujours par se stabiliser sur la première. Dahmane adore les infos mais quand on est un Algérien lambda, on ne retient pas le nom du ministre français du Budget, qui plus est n’est pas un habitué des médias, en dépit de son importance dans le gouvernement socialiste.

Il a bien entendu parler depuis un mois d’un ministre français qui a déclenché une tempête parce qu’un journal électronique a révélé qu’il avait un compte à l’US Bank suisse. Il a déclenché les feux nourris de l’opposition et semé le trouble dans sa famille politique. Dahmane ne comprenait pas en quoi un ministre français qui a un compte à Genève ou Zurich pouvait être un problème. Il savait que tous les ministres de son pays, tous les plus que ministres et beaucoup d’entre les moins que ministres avaient des comptes à l’étranger.

On lui a alors expliqué que ce n’est pas vraiment pour mettre ses petites économies sur son salaire que le Cahusac avait un compte en Suisse, qu’il s’agissait de blanchiment, de fraude fiscale et tout le reste. Il savait aussi que les ministres et les plus ou moins ministres de son pays aussi, ce n’est pas pour y placer leur paie en monnaie de singe qu’ils ouvrent des comptes là-bas. Il s’est alors demandé pourquoi autant de comptes à l’étranger ne suscitent aucune réaction.  

On lui a dit aussi que c’est Médiapart, un site d’informations qui a enquêté sur l’affaire, et qu’au prix de minutieuses investigations, le journaliste a même réussi à se procurer un enregistrement audio où Jérôme Cahusac parlait de son compte au pays de Guillaume Tell et du chocolat. Il s’est alors demandé pourquoi un seul ministre disposant d’un compte à l’étranger a été débusqué par un journal électronique alors que la presse de son pays ne révèle jamais rien, et que quand elle révèle, c’est qu’on lui a demandé de révéler… ce qu’on sait déjà.

Dahmane ne connaît pas Jérôme Cahusac, on lui a alors expliqué que c’est un poids lourd du gouvernement français, que pour la petite histoire, c’est un ancien boxeur amateur… encaisseur de première et chirurgien dans une autre vie. Il a alors pensé à notre ancien poids lourd de l’Energie dont personne n’a rien révélé jusqu’à ce que la presse italienne s’en mêle.

Il s’est aussi posé la question pourquoi avant la presse, c’est la justice italienne qui s’est intéressée à Chakib Khelil avant celle de son pays. Dahmane n’a pas compris comment trois petits mensonges de Cahusac devant la presse, devant le Parlement et devant son Premier ministre ont effarouché toute la France, alors que les ministres de son pays mentent autant qu’ils veulent, quand ils veulent et où ils veulent sans choquer outre mesure.

Dahmane a aussi appris que le ministre français du Budget a menti, mais il a été relevé de ses fonctions juste après l’ouverture de l’information judiciaire sur l’affaire qui le concerne. Il s’est encore demandé pourquoi dans son pays personne ne démissionne et personne n’est relevé de ses fonctions. Enfin, le journaliste de Médiapart qui a révélé le pot aux roses Cahusac vient de déclarer que cette affaire n’en est qu’à ses débuts et met déjà en joue le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, parce qu’il aurait utilisé les moyens de l’Etat pour protéger son ami Cahusac.

Dahmane ramasse ce qui lui reste comme souffle pour se poser une dernière question : pourquoi chez nous, c’est toujours la fin quand on n’est qu’au début, et qu’en France, c’est toujours le début quand on croit que c’est la fin ? Y a-t-il quelqu’un pour expliquer à Dahmane qu’ici ce n’est pas vraiment là-bas ?

laouarisliman@gmail.com
 
< Précédent   Suivant >
 
EDITION DU LUNDI 21 AVRIL 2014

Bagarre au Parlement turc

L’ambassadeur américain à Alger supporteur des Verts
Le but de la qualification au mondial

 
Face book  

Dessin du jour

But de Belail
Une tempête de sable affole Barcelone
Un mystérieux OVNI affole le Moyen-Orient
Un député grec néonazi agresse deux femmes sur un plateau télé
Direction, rédaction,  administration, contactez nous auX Numeros suivants :Tel  021 69 96 31
       021 69 96 35
       021 69 96 72
       021 69 96 73
Fax (021)  69 96 61

Site waqt el djazair

                    Télévision  

           Canal algérie      TNT   

RSS - LE TEMPS