21
Mar, Nov

Culture
Typography

L'auteur  congolais  Jass Doszen

Après  un diplôme  de chimie des matériaux et un ingéniorat en industrie automobile, Jass Doszen  s'est reconverti dans la critique littéraire. Vivant actuellement à Paris, il travaille comme animateur culturel dans une radio.


 
Auteur de deux romans,  notamment  Pars mon fils , va au loin et grandis  aux éditions Athéna à Dakar, et   Le Clan de Mobutu à compte d'auteur  et d'un essai sur la littérature africaine Clichés et marginalités paru à Dakar, Jass évoque la littérature dans son ensemble avec objectivité et impartialité. D'une grande culture, et chevronné dans le domaine, il  parle avec éloquence de la littérature  en général et de la littérature africaine  avec ses multiples spécificités. Originaire de la République démocratique du Congo, Jass évoque dans sa démarche les auteurs africains de divers pays  avec leurs codes d'écriture et leurs thématiques et leurs  différences. Dans cet entretien, ce brillant  critique littéraire recentre le débat sur les indépendances, la polygamie, les traditions et l'engagement,  thèmes de prédilection abordés par les écrivains africains  dans leur littérature.

Le Temps d'Algérie : Que pensez-vous de la littérature algérienne dans sa globalité ?
Jass Doszen : On chronique beaucoup sur la littérature algérienne. Les interactions avec l'Afrique du Nord et  subsaharienne doivent être plus fortes. On a une littérature algérienne de manière individuelle comme celle de Nedjma de Kateb Yacine, et celle de Mouloud Feraoun. Je connais un auteur Mabrouk Rachedi qui a publié sept  romans, et Habiba Merani, qui sont des écrivains de la nouvelle génération, dont l'écriture n'est pas la même. C'est une littérature de l'immigration  qui ressemble à celle  des auteurs africains au regard de leur histoire commune d'exilés. Ils disent la même chose. Actuellement, la thématique d'auteurs ne se correspond pas car la réalité n'est plus la même. Quand on lit un Sénégalais Colobome Mohamed Bougarssar, c'est  du classique. Par contre, les écrivains camerounais font rentrer  la langue locale. Ils sont moins dans le respect de la langue classique. On est plus dans le conte comme Leona Miano, Henley Boum (grand prix d'Afrique) et au Sénégal, Souleiman Elgas a fait beaucoup de bruit. Il a un livre très virulent  sur les enfants de rue et il tape sur le système politique et religieux qui crée des difficultés sociales.

Selon vous,  en tant que critique littéraire, ne pensez-vous pas que la littérature africaine subit  le poids des traditions et de la sorcellerie ?
 La littérature a un grand poids de  traditions et l'on voit beaucoup de jeunes écrivains  remettre en cause ces diktats de tradition, mais ils ne les dénoncent pas. Il ne faut pas se cacher derrière la tradition et refaire une relecture par rapport aux acquis.

Comment se porte la littérature chez les écrivains congolais ?
Au Congo, les auteurs sont imaginatifs et plus dans l'imaginaire et  dans les codes du roman classique, mais dans une écriture qui est pensée pour être dite  soit en poèmes, soit en théâtre,  comme Sony Laboutansy, (théâtre), Tchikaya Utamsi (poète).

Quelle  est la place de l'imaginaire dans la littérature algérienne ?
Les auteurs sont respectueux des codes d'écriture. Elle est codifiée,  classique mais n'a pas l'érudition des anciens. En Afrique subsaharienne, il y a moins de littérature  d'engagement. Elle est de moindre qualité. En Côte d'Ivoire, il y a des histoires d'amour avec un côté engagé mais centré sur les  problèmes de la jeunesse  mais aussi des soucis de pauvreté, notamment les auteurs comme  N'deye Fatou Kane (petite-fille du cheikh Hamidou Kane). La littérature va toucher les jeunes avec plaisir mais il n'y a pas de problématique lourde. Chaque pays ou une région a ses spécificités  et ses écrits,  comme au Congo, au Cameroun et au Gabon. Ce sont les  mêmes similitudes. Par contre,  au Sénégal, les romanciers écrivent  sur la polygamie  et le rôle de la femme depuis les années 1970, fait qu'on ne retrouve pas en Afrique centrale. Le thème sur les indépendances  était présent auparavant en Afrique centrale, mais a disparu actuellement.

Quels sont vos futurs projets ?
J'ai  écrit un  manuscrit intitulé La girafe, une histoire  d'immigration sur deux générations  avec comme toile de fond, un enfant placé à la DAS  qui raconte le parcours de son père. C'est une histoire familiale.

 

Entretien réalisé
par Kheira Attouche

Votre Edition Numérique

 

facebook

Météo

Algiers Algeria Clear (night), 7 °C
Current Conditions
Sunrise: 7:33 am   |   Sunset: 5:35 pm
87%     0.0 km/h     34.304 bar
Forecast
MAR Min: 6 °C Max: 20 °C
MER Min: 6 °C Max: 21 °C
JEU Min: 4 °C Max: 20 °C
VEN Min: 7 °C Max: 22 °C
SAM Min: 5 °C Max: 22 °C
DIM Min: 8 °C Max: 18 °C
LUN Min: 8 °C Max: 18 °C
MAR Min: 6 °C Max: 18 °C
MER Min: 8 °C Max: 16 °C
JEU Min: 8 °C Max: 16 °C
Oran Rp Algeria Clear (night), 12 °C
Current Conditions
Sunrise: 7:45 am   |   Sunset: 5:52 pm
67%     11.3 km/h     34.203 bar
Forecast
MAR Min: 9 °C Max: 20 °C
MER Min: 10 °C Max: 21 °C
JEU Min: 5 °C Max: 22 °C
VEN Min: 5 °C Max: 23 °C
SAM Min: 5 °C Max: 23 °C
DIM Min: 8 °C Max: 21 °C
LUN Min: 8 °C Max: 20 °C
MAR Min: 8 °C Max: 20 °C
MER Min: 11 °C Max: 18 °C
JEU Min: 6 °C Max: 17 °C
Annaba Algeria Clear (night), 11 °C
Current Conditions
Sunrise: 7:14 am   |   Sunset: 5:16 pm
77%     11.3 km/h     34.270 bar
Forecast
MAR Min: 10 °C Max: 18 °C
MER Min: 8 °C Max: 19 °C
JEU Min: 7 °C Max: 18 °C
VEN Min: 8 °C Max: 18 °C
SAM Min: 8 °C Max: 20 °C
DIM Min: 10 °C Max: 18 °C
LUN Min: 12 °C Max: 16 °C
MAR Min: 10 °C Max: 15 °C
MER Min: 9 °C Max: 16 °C
JEU Min: 11 °C Max: 15 °C