24
Dim, Mar

Politique
Typography

Le département d'Etat américain reconnaît l'importance de l'action militaire menée par l'Algérie contre le terrorisme.

 

Dans un compte rendu, il se félicite également de l'option diplomatique engagée pour la réconciliation dans les pays enregistrant des conflits armés, dont la Libye. Le département d'Etat américain applaudit dans son rapport de 2016, publié mercredi, l'action militaire engagée contre le terrorisme, aux frontières comme au niveau régional. «L'Algérie a poursuivi une campagne offensive pour éliminer toute activité terroriste au niveau de ses frontières et a soutenu les efforts de police pour déjouer l'activité terroriste dans les centres urbains», souligne le département d'Etat dans son texte sur le terrorisme dans le monde. Le rapport présenté par le coordonnateur pour la lutte antiterroriste au département d'Etat, Justin Siberrel, relève que le gouvernement a continué à restreindre les capacités des groupes terroristes activant près des frontières en les empêchant d'opérer à l'instar de Jound El Khilafa, qui avait prêté allégeance à Daech, auteur de l'assassinat du guide français Hervé Gourdel. Nombre de terroristes d'AQMI ont créé Jound El Khilafa et fait allégeance à Daech, puis été anéanti par l'Armée Nationale Populaire. L'expérience de l'Algérie en matière de lutte contre le terrorisme est sollicitée par de nombreux pays dans le monde, dont les Etats Unis. Soulignant le rôle des forces militaires et des services de sécurité et ceux chargés de l'application de la loi dans la lutte antiterroriste, le département d'Etat affirme que l'Algérie a été un véritable rempart contre le terrorisme dans la région. Le rôle de l'Algérie dans la lutte contre le terrorisme qui a ciblé la Tunisie est également cité par le département d'Etat américain. La coopération sécuritaire engageant l'Algérie et la Tunisie au niveau des frontières a permis de déjouer plusieurs attaques terroristes, rappelle à ce propos le département de Rex Tillerson. Au plan mondial, le département d'Etat note que l'Algérie a «poursuivi en 2016 son engagement diplomatique pour promouvoir la paix et la sécurité régionales». Elle préside le comité mondial de suivi de l'accord de paix au Mali, soutient le processus politique onusien en Libye et participe à divers forums sahélo-sahariens pour discuter des politiques de développement et de sécurité dans la région et coordonner l'action des donateurs, relève le document. Rappelant également son rôle dans Afripol et les autres initiatives régionales et internationales telles que le 5+5 Défense, le rapport précise que l'Algérie, membre fondateur du Forum mondial de lutte contre le terrorisme, a œuvré à promouvoir la coopération régionale et internationale et a «offert une tribune aux experts» pour discuter du renforcement des capacités sécuritaires dans la région du Sahel. Cependant, le département d'Etat considère que «l'instabilité politique et sécuritaire dans la région» représente une menace pour la sécurité des frontières. «L'instabilité persistante en Libye, les groupes terroristes opérant en Tunisie, la mise en œuvre fragile de l'accord de paix au Mali ainsi que le trafic de personnes et de drogue constituent des menaces extérieures significatives» pour l'Algérie, selon le document.
Bien qu'elle ne fasse pas partie de la coalition internationale anti-Daech, l'Algérie a activement soutenu les efforts visant à vaincre Daech, notamment dans la lutte contre la propagande terroriste et les programmes de renforcement des capacités des pays voisins, indique le document.
«L'Algérie prend note avec satisfaction» du rapport du Département d'Etat américain sur l'évolution de la lutte antiterroriste en Algérie, texte qui se distingue par une évaluation meilleure des efforts consentis durant l'année 2016 dans la lutte contre l'extrémisme violent et le terrorisme, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. L'Algérie ne fait pas partie de la mondiale antiterroriste, puisque la constitution interdit l'ingérence dans les affaires des autres pays, mais participe aux efforts planétaires, comme le reconnaît le texte du département d'Etat américain.

Mounir Abi